COURIR... OU APPRENDRE A ATTENDRE?/ VIVRE ENSEMBLE / LA BIBLE OU LE PORTABLE.../ SI JESUS ETAIT PROF EN 2010...

Courir … ou apprendre à attendre ?

 

Je cours pour travailler, je cours pour produire,

Je cours pour aimer, Je cours pour gagner,

Je cours pour diriger, je cours pour être reconnu,

Je cours pour être aimé, je cours pour organiser mes jours

Et mes jours sont rapides comme la navette qui court

Et qui échappe aux doigts du tisserand !

 

Comment ferais-je autrement ?

Personne n’échappe à la course !

Il n’y a pas d’autre issue :

Nous sommes condamnés à courir,

Vers quoi, vers qui ?

 

Vivre est devenu une course où se balancent

Sans arrêt et les bras et le coeur et les jambes et les sentiments !

 

A trop courir mon frère, on perd son souffle !

A trop courir mon frère, nous expulsons de nos jours

L’esprit de Dieu qui habite en nous.

 

A trop courir mon frère, il ne restera de nous

Qu’une carcasse bien proportionnée tendue vers le néant.

 

A trop courir, tu le sais, mon frère,

Il ne restera plus rien de la tendresse,

Il ne restera plus rien de l’humanité.

 

Alors il n’y a plus rien pour Dieu.

 

 

 

 

 

Tu es un homme...

 

Quelle que soit

La couleur de ta peau

La configuration         

De tes lèvres et de ton nez

Quelle que soit ta taille,

Tu n’es ni un sous-homme ;

Ni un super-homme ;

Tu es un homme.

 

Tu as un coeur,

Des aspirations, des rêves

Si tu appartiens à un clan,

A une famille, à une culture,

Tu appartiens dabord

A la famille humaine.

 

Quelle que soit ta langue

Et le pays d’où tu viens,

Nous sommes capables

De nous comprendre.

Partout la bonté touche,

Linjustice blesse

La paix est un idéal.

 

Garde ta langue,

Mais marche avec des hommes

Aux langues diverses,

Eloignées de la tienne

Et qui désirent comme toi

Un monde plus juste

Et plus humain.

                        Dom Helder Camara

 

 

PRIERE POUR MES FRERES INCONNUS

 

Est-ce vrai, ô mon Dieu, que depuis toujours,

 avant même que nous soyons devenus hommes,

 debout sur la planète, avant même que l’univers

 lui-même, du néant ne surgisse, en ton Amour

 infini, tu pensais et rêvais à chacun d’entre nous ?

 

[…] Est-ce vrai qu’à l’aurore du Monde, cette

 terre tu donnas, non à quelques hommes mais à

 tous, unique patrie aux multiples visages, pour

 qu’ensemble nous l’habitions et ensemble la

 transformions ?

 

Est-ce vrai que lorsque Jésus parut, homme

 comme nous, en frère il nous accueillit tous,

inconditionnellement, nous portant en son coeur, si

 loin, si profond, qu’en Lui nous fûmes incorporés

devenant membres de son Corps, au point que

 désormais nous ne puissions toucher à l’un de

 nous, sans qu’Il dise : « C’est MOI !» ?

 

Si c’est vrai, ô mon Dieu, et je crois que c’est

vrai, comment pouvons-nous appeler un seul homme

« étranger » puisque nous sommes tous

 les fils d’un même Père, et tous frères les uns des

 autres,

 

[... ]  Aide-moi enfin, à m’ouvrir davantage chaque

 jour à la VIE de ton Fils, car je le crois, c’est cette

VIE offerte qui fait de nous des frères. Et je

 pourrai alors, ô mon Dieu, en fidèle artisan de ton

 Projet d’Amour, chaque soir répéter, en te disant

bonsoir :

 

NOTRE PERE

 

Extrait d’une prière de Michel Quoist,

Chemins de prières - éditions de l’Atelier 2003.

 

La Bible ou le portable


Imaginez ce qui se passerait si nous traitions notre Bible de la même manière que notre portable?


Toujours nous mettrions notre Bible dans le sac, dans la poche du pantalon ou de la veste.


Et nous y jetterions un coup d'oeïl plusieurs fois par
jour. Et nous reviendrions la chercher quand nous
l'aurions oubliée à la maison ou au bureau...


Et nous l'utiliserions pour envoyer des messages à nos
amis.
Et si nous la traitions comme si on ne pouvait vivre sans elle?
Et si nous l' offrions à nos enfants, pour leur sécurité,
et pour communiquer avec eux?


A la différence du portable, la Bible ne connaît pas de
panne de réseau. On peut se « connecter » à elle n'importe où. On n'a pas besoin de se préoccuper du crédit, car Jésus Christ a payé la facture et nous disposons d'un crédit illimité.

Et par dessus tout: la communication ne peut être coupée, et la batterie est chargée à vie.

Numéro d'urgence:

 

Quand tu es triste, compose Jean 14

Quand tu es nerveux, compose Psaume 51

Quand tu es préoccupé, compose Matthieu 6:19,34

Quand tu es en danger, compose Psaume 91

Quand Dieu te paraît loin, compose Psaume 63

Quand ta foi doit être fortifiée, compose Hébreux 11

Quand tu es seul et terrifié, compose Psaume 23

Quand tu es dur et critique, compose 1 Corinthiens 13

Pour connaître le secret du bonheur, compose Colossiens 3:12-17


Quand tu veux paix et repos, compose Matthieu 11:25-30

 


RECOIS CETTE LISTE DE NUMEROS D'URGENCE ET PARTAGE-LA AVEC TES AMIS

*********************************************************

  Si Jésus était prof en 2010…


En voyant la foule de gens, Jésus alla sur la montagne.

Et  lorsqu'il fut assis les douze vinrent à lui.

Il leva les yeux sur ses  disciples et dit: 

"Bienheureux en esprit sont les pauvres car le royaume des cieux leur  appartient.

Bienheureux ceux qui souffrent, car ils seront  consolés. 

Bienheureux les doux, car ils posséderont la terre. 

Bienheureux ceux qui ont faim et soif de justice, car ils seront rassasiés. 

Bienheureux les miséricordieux, car ils recevront la  miséricorde. 

Bienheureux ceux qui ont le coeur pur, car ils contempleront  Dieu. 

Bienheureux les pacificateurs, car ils seront appelés enfants de Dieu. 

Bienheureux ceux qui seront persécutés pour avoir choisi la  juste cause, car le royaume de Dieu leur appartient" 

 Alors Simon Pierre dit: "est-ce qu'on doit apprendre tout ça?" 

Et André dit: "est-ce qu'il fallait l'écrire?" 

Et Philippe dit: "j'ai pas de feuille". 

Et Jean dit: "les autres disciples n'ont pas eu à l'apprendre, eux!" 

Et Thomas commença à faire des exercices de mathématiques. 

Et Barthélemy dit: "Est-ce qu'on l'aura en devoir?" 

Et Jacques dit: "Est-ce qu'on sera interrogé sur tout?" 

Et Marc dit: "ça compte pour des points ?" 

Et Mathieu quitta la montagne sans attendre et dit: "je peux aller aux toilettes?" 

Et Simon le zélote dit: "quand est-ce qu'on mange?" 

Et Jude dit enfin: "Vous avez dit quoi après pauvres...?" 

 Alors un grand prêtre du temple qui était présent à l'arrière s'approcha de Jésus et dit:

"Quelle était ta problématique? Quels étaient tes objectifs de savoir-faire? Les socles de compétence ?

Pourquoi ne pas avoir mis les disciples en situation? et en activité de groupe?

Pourquoi cette pédagogie frontale?" …

 

Alors Jésus s'assit et pleura.